Partout en France Herboristerie du Valmont livre vos Plantes en Vrac Bio et produits de Phytothérapie, que vous soyez à Paris, Lyon, Grenoble, Bordeaux ou Marseille. Le Bien-Être Naturel Qualité Herboristerie !

Comment tester son équilibre acide-base ?

Comment tester son équilibre acide-base ?

Publié le : 18/01/2015 07:37:26

Sur le plan pratique, il faut tout d’abord se procurer des bandelettes de réactif de type Rebasit (par exemple) d’autres marques, celles-ci permettent le contrôle du pH urinaire. 

Ces papiers réactifs changent de couleur en fonction du pH des liquides dans lesquels ils sont plongés. 

Grâce à une échelle colorimétrique livrée avec les papiers, il est possible de déterminer instantanément la valeur chiffrée du pH correspondant à la couleur du papier.

Il faut ensuite relever systématiquement les valeurs du pH urinaire, trois fois dans la journée, pendant plusieurs jours, et les marquer sur le tableau de type proposé dans notre dossier. Ce  tableau permet de noter le pH urinaire.

  • Le matin, pour la deuxième urine du matin,
  • Avant le repas de midi,
  • Et avant le repas du soir.

A cette fin, uriner dans un récipient propre et sec (qui sera rincé et essuyé après chaque utilisation). Tremper une languette de papier réactif dans l’urine fraîchement émise, et lire immédiatement le pH en comparant la couleur que prend le papier à l’échelle colorimétrique chiffrée fournie par le fabricant et figurant généralement sur la boîte. Inscrire le chiffre correspondant pour le jour et l’heure de la mesure.

Cela permettra de déterminer les variations générales des valeurs du pH urinaire au cours de la journée, sur plusieurs jours.

Effectuer la mesure pendant huit à quinze jours consécutifs !

Si les valeurs trouvées sont très souvent, ou constamment, inférieures à 7 ou 7,5, cela traduit une surcharge de l’organisme en déchets métaboliques acides qui imprègnent les tissus et perturbent ses fonctions physiologiques normales.

Liste des aliments acidifiants :

  • Viandes, poissons, volailles, gibiers,
  • Charcuterie, foie, rognons, abats, cervelle,• Blanc d’œuf
  • Fromages forts et fermentés
  • Légumes secs : lentilles, poids, haricots blancs
  • Asperges, artichaut, choux de Bruxelles
  • Arachides

Aliments très acidifiants :

  • Sucre blanc
  • Farines blanches et dérivés : pain blanc, biscottes, pâtisseries, pâtes
  • Semoule
  • Huiles raffinées
  • Graisses durcies
  • Thé, alcool, café, chocolat
  • Bouillons gras

Aliments fournisseurs de bases :

  • Fruits
  • Légumes feuilles et racines
  • Jus de fruits
  • Légumes tiges (sauf asperges)
  • Bouillon de légumes
  • Oignons, ail
  • Lait lacto-fermenté frais
  • Lait condensé non sucré
  • Lait en poudre
  • Petit-lait en poudre
  • Yaourt
  • Pommes de terre
  • Châtaignes
  • Soja  et ses dérivés 
  • Jaune d’œuf
  • Herbes aromatiques : persil, ciboulette, thym, origan, romarin,…

Aliments en équilibre acido-basique :

• Noix fraîches, haricots verts

• Millet et ses dérivés

• Céréales complètes

• Pain de seigle complet

• Pâtes de farine de seigle complète

• Beurre frais de bonne qualité sucre intégral

Il est alors conseillé…

…pour les personnes en bonne santé

La correction de l’alimentation est vivement conseillée, sinon indispensable.

Seule cette modification permettra une correction progressive et douce de l’état d’acidose tissulaire.

… pour les personnes malades

La simple correction de l’alimentation ne suffit plus.

La prise de citrates alcalins s’avère alors nécessaire.

Cette prise sous-entend une prescription et une surveillance médicale.

La cure de citron

En pratique, on peut faire la cure de la manière suivante :

La cure de citron est un excellent moyen de corriger, chez un organisme sain, une acidose chronique.

Le citron est un fruit particulièrement riche en acide citrique, et on pourrait le croire acidifiant pour l’organisme.

Mais il est surtout très riche en sels minéraux. Lors de l’absorption du jus de citron, l’acide citrique est très rapidement éliminé par le poumon en acide carbonique, et il reste dans l’organisme les sels minéraux qui alcalinisent.

- Prendre le jus d’un citron le premier jour, de deux citrons le deuxième jour, de trois le troisième, et ainsi de suite jusqu’au dixième jour où l’on prendra le jus de 10 citrons, réparti dans la journée,

- Puis, on diminue d’un citron chaque jour : soit neuf citrons le onzième jour, huit citrons le douzième, et ainsi de suite jusqu’au vingtième jour.

Cette cure peut être faite deux fois dans l’année. Elle se pratiquera plus principalement au changement de saison, en septembre et en mars.

Mais cette cure n’est pas à conseiller chez une personne souffrant de faiblesse métabolique et présentant en particulier une faiblesse des émonctoires.

Une telle personne ne pourra pas oxyder l’excès d’acide provoqué par la cure, et l’excès d’acide non transformé pourra être responsable d’une déminéralisation. 

L’oxygénation

La marche au grand air, l’exercice physique, les séjours en altitude, toute activité qui active le métabolisme en général et accélère le rythme respiratoire permet d’augmenter l’élimination des acides faibles.

C’est une activité essentielle, bien souvent négligée par le citadin, qui contribue au maintien de la santé, en association à une modification de l’alimentation.Une journée d’exercice physique au grand air provoque une acidification des urines qui provient, d’une part, de l’augmentation du métabolisme musculaire, producteur d’acide lactique, et d’autre part, de l’augmentation générale du métabolisme de base.

L’oxygénation oxyde de nombreux acides tissulaires et permet de les éliminer par les reins.

L’utilisation de citrates alcalins

Dans la plupart des cas de personnes malades, la prescription d’un régime basifiant ne suffit pas.

L’utilisation d’un mélange basique à base de citrates alcalins s’avère indispensable.

La correction se fait alors par l’apport régulier de citrates alcalins sous de poudre ou de comprimés.

Les citrates sont des sels basiques d’acides faibles qui sont rapidement éliminés par les poumons, sous forme d’acide carbonique.

Les sels basiques restants permettent d’alimenter la réserve alcaline du sujet, épuisée par une acidose tissulaire chronique.

Ainsi, la surcharge acide peut être remise en circulation, à partir du mésenchyme où elle était stockée, pour être peu à peu éliminée par les reins.

IL s’agit donc principalement d’acides minéraux, fortement liés, ne pouvant pas être éliminés par les poumons.

Il existe de nombreuses spécialités permettant d’aider l’organisme à se désacidifier. 

Bilbiogaphie :

Dr Philippe-Gaston- Dr Alain Bondil – Dr André Denjean – Dr Philp Keros de l’association médical Kousmine internationale ; les 5 piliers de la santé – au-delà de la méthode ; Edidtions Jouvence / Dr Max Rombi ; Contrôlez votre acidité – Le régime acide/Base ; Editions Alpen / Dr Philippe David ; Régénérons notre équilibre acido-basique; Editions Marco Pietteur

Partager ce contenu