Comment préparer une Tisane, Infusion ou décoction ?

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

  • Filtre, boule à Thé et à Tisanes
  • Boites à Thé et à Tisanes
  • Tisanière, carafe, bol, verre, …
  • Plante sèche en vrac
  • Tisane composée de l'Herboriste

Comment préparer une Tisane, Infusion ou décoction ?

La manière dont vous allez préparer votre tisane de plantes médicinales est essentielle, son efficacité en dépend !

Température, durée d'infusion et qualité de l'eau, autant de paramètres qui vont influencer la qualité thérapeutique de votre infusion.

En effet, si la température est trop chaude vous risquez de dénaturer les principes actifs et au contraire si elle est trop froide l'extraction ne sera que partielle.

La durée est elle aussi importante, attention ne laissez infuser trop longtemps certaines plantes, la tisane risque d'être désagréable à boire car trop amère par exemple.

Quand au choix de l'eau, choisissez une eau de bonne qualité et faiblement minéralisée.

Le mode de préparation dépend quant à lui de la plante et/ou de la partie de la plante à infuser.

Je vous souhaite un bonne lecture,

Comment faire une bonne tisane ? Dosage, conservation, moment et durée de la cure

Utiliser une eau de bonne qualité et faiblement minéralisée: eau filtrée ou eau de source plutôt qu'eau minérale.

Il est préférable de faire la tisane juste avant de la boire, car sa composition biochimique change au cours du temps. Dans certains cas, il est possible de préparer 1 L de tisane, con­servée dans une bouteille isotherme, et bue dans la journée. 

Éviter, de garder les infusions plus d'une journée. Les décoctions peuvent se garder au réfrigérateur 1 jour ou 2 jours, pas davantage.

Certaines tisanes pourront être sucrées au miel ou de la gomme d'acacia (pouvoirs sucrant et prébiotique), qui potentialisera leur action. Dans les autres cas, boire la tisane nature, sans ajout de sucre.

Respecter les doses indiquées, préférer sous-doser et ajuster le dosage à la seconde préparation, que de sur-doser. Certaines plantes vont avoir l'effet inverse de celui qui est recherché quand elles sont trop dosées.

Pour une plante fraîche, il faudra mettre 2 à 3 fois la dose de la plante sèche, et laisser infuser 2 fois plus longtemps.

L'effet thérapeutique d'une tisane se manifeste à partir de 2 tasses par jour, prises quotidiennement, en cures de 3 semaines en général, ou jusqu'à amélioration des symptômes. En général, la dose maximale est de 4 tasses par jour, sauf exceptions. En cas de cures répétées, il faut laisser une «fenêtre thérapeutique» de 7 jours entre chaque cure ou faire la cure la semaine et faire la pause le week-end, pendant 4 semaines.

Le moment où la tisane sera bue dépend de l'effet recherché: la plupart des tisanes se prennent entre les repas, à l'exception des tisanes pour le foie (« toniques amers») qui se prennent 20 à 30 min avant les repas, des tisanes pour améliorer la digestion qui se prennent 1 h après le repas, et des tisanes sédatives qui se prennent dans la soirée (1 h à 30 min avant le coucher).

Les tisanes ou infusions destinées à l'usage externe seront plus concentrées que celles destinées à être bues.

Autant que possible, la tisane doit être belle: l'ajout de fleurs ou de fruits peut être une aide.

Elle doit également être bonne au goût. L'ajout de plantes comme la menthe poivrée, la feuille ou les pétales d'oranger amer, les étoiles de badiane, les graines de fenouil, les feuilles de mélisse, les fleurs de lavande, les écorces d'orange douce, notamment, permet d'améliorer le goût d'une tisane un peu amère. La réglisse ou la cannelle ont un pouvoir sucrant qui peut aussi être utile.

Comment choisir le mode de préparation  de ma tisane ?

Il existe trois formes de tisanes: l'infusion, la décoction et la macération. 

  • L'infusion est utilisée pour les parties tendres ou fragiles des plantes : fleurs, sommités fleuries, feuilles tendres, plantes aromatiques (qui contiennent des huiles essentielles), certains fruits.
  • La décoction est utilisée pour les parties dures des plantes : écorces, racines, feuilles dures ou coriaces, tiges, fruits, baies, graines ou semences.
  • La macération est utilisée lorsque la chaleur risque de détruire les principes actifs : pour certaines racines comme la racine de guimauve, de réglisse, de gentiane ; pour le cynorrhodon de l'églantier, la reine des près, dont les principes actifs sont altérés au-delà de 60 °C et quand la plante contient beaucoup de tanins, qui pourraient donner un goût âpre à la tisane si elle est chauffée.

L'infusion

On choisira l'infusion pour les parties tendres ou fragiles des plantes : fleurs, sommités fleuries, feuilles tendres, plantes aromatiques (qui contiennent des huiles essentielles), certains fruits.

Comment faire une infusion ?

Il existe deux méthodes :

L'infusion «classique»:
  • Placer les plantes fraîches ou séchées dans un récipient muni d'un couvercle : théière, tisanière, casserole en verre ou en inox (éviter le fer et l'aluminium) équipée de son couvercle. Il est en outre possible de mettre les plantes dans un filtre en papier ou en tissu, ou encore dans le filtre supérieur d'une bouteille thermos. Éviter la boule à thé qui ne permet pas aux plantes de se déployer.
  • La quantité de plante varie: de 1 c. à c. à 1 c.à s. pour 150 ml (une tasse à thé) ou 250 ml (une tasse ou un bol) d'eau.
  • Verser de l'eau chaude (bouillante ou frémissante) sur la ou les plantes:
  • pour les fleurs et les sommités fleuries, on utilise de l'eau frémissante;
  • pour les feuilles et les fruits, on utilise de l'eau bouillante.
  • Laisser les plantes« infuser» dans l'eau. La durée d'infusion dépend de la partie de la plante utilisée : de 5 à 15 min, voire davantage (20 min ou plus) si la tisane comporte un mélange de fleurs et de racines, par exemple.
  • Filtrer à l'aide d'une petite passoire, ou retirer le filtre du récipient.
  • Boire la tisane.
L'infusion «délicate»:
  • Elle est plus douce et plus respectueuse des plantes, à qui elle permet de se réhydrater progressivement. En revanche, sa réalisation prend un peu plus de temps et d'attention.
  • Mettre les plantes dans une casserole (en verre ou en inox) et les recouvrir de la quantité nécessaire d'eau froide.
  • Allumer le feu sous la casserole, laisser chauffer doucement.
  • Éteindre le feu juste avant l'ébullition.
  • Laisser infuser dans la casserole couverte, et procéder comme pour l'infusion «classique».
  • Boire la tisane.

La décoction

On choisira la décoction pour les parties dures des plantes : écorces, racines, feuilles dures ou coriaces, tiges, fruits, baies, graines ou semences.

Comment faire une décoction ?

  • Mettre les plantes dans la quantité nécessaire d'eau froide, dans une casserole.
  • Porter à ébullition et laisser bouillir pendant un certain temps : en général 2 à 3 min pour les tiges, les fruits, les semences et les feuilles coriaces, 5 à 10 min pour les écorces, racines ou rhizomes, voire davantage.
  • Retirer la casserole du feu.
  • Laisser infuser à couvert pendant 5 à 10 min.
  • Filtrer.
  • Boire la tisane.

La macération

On choisira la macération lorsque la chaleur risque de détruire les principes actifs :

  • pour certaines racines comme la racine de guimauve, de réglisse, de gentiane ;
  • pour le cynorrhodon de l'églantier, la reine des près, dont les principes actifs sont altérés au-delà de 60 °C ;
  • quand la plante contient beaucoup de tanins, qui pourraient donner un goût âpre à la tisane si elle est chauffée.

Comment faire une macération ?

  • Mettre les plantes dans la quantité nécessaire d'eau froide, au sein d'un récipient opaque, à couvert.
  • Laisser macérer, de 30 min à plusieurs heures, en général toute une nuit (8 à 12 h), voire davantage, si possible en remuant régulière­ ment. Ne pas dépasser 24 h de macération (risque de fermentation et d'oxydation de la préparation). Dans certains cas, on peut réaliser une macération de quelques heures, puis faire une décoction rapide.
  • Filtrer en pressant les plantes pour en extraire le liquide.
  • Boire la tisane.

Comment faire une tisane avec plusieurs plantes médicinales ?

Pour les tisanes composées ou les mélanges de plantes sèches en vrac. il est recommandé de veiller à mélanger des plantes qui doivent subir le même type de préparation (infusion, décoction ou macération).

Comment faire alors ?  Faites d'abord la décoction avec les parties dures une fois la préparation réalisée, filtrez et rajoutez les plantes fragiles pour une infusion avec le temps de pause nécessaire en fonction du choix de vos plantes, refiltrez et dégustez.

Comment adapter le dosage d'une tisane aux enfants ?

Avant de commencer, il faut tenir compte de l'âge de l'enfant et les contre-indications de la plante choisie.

Respecter strictement les recommandations indiquées sur la fiche de la plante choisie.

Quel dosage en fonction de l'âge ?

  • Adulte = 1 quantité
  • Grand enfant =1/2
  • Enfant=1/3
  • Bébé=1/6 (comme pour l'enfant mais divisé en 2).

Peut-on utiliser les tisanes pour les bébés ?

Les bébés peuvent profiter des bienfaits de certaines plantes sous forme de tisane à mettre dans le biberon éventuellement. Nombreux sont les pédiatres qui prescrivent dès les premières semaines de vie des tisanes de fenouil, de cumin ou de carvi (par exemple un biberon sur deux) pour aider à se calmer, à digérer, à apaiser les coliques très douloureuses, à s'endormir.

  • Pour la posologie, comptez toujours 1/6 de celle de l'adulte.
  • Pour les tout-petits, ne prenez pas le risque d'utiliser d'autres plantes que celles conseillées ici, veillez toujours à bien filtrer les infusions afin de ne pas boucher le biberon.
  • Pour les graines, écrasez-les au pilon avant l'infusion et couvrez toujours l'infusion afin de garder le maximum de principes actifs.   

Voici les plantes les plus utilisées chez le bébé :

  • coliques, digestion difficile : fenouil (graines), carvi, cumin, badiane, anis vert, camomille,
  • sommeil perturbé, enfant agité : camomille matricaire (fleurs), tilleul,
  • poussée dentaire : camomille matricaire(fleurs),

Quelle eau utiliser pour ma tisane ?

L'eau représente presque 99% de la préparation de votre tisane et surtout elle sera le solvant des principes actifs des plantes que vous aurez sélectionnées pour votre infusion.

Sa qualité est d'une importance majeure au même titre que la qualité de vos plantes, vous pourriez obtenir une excellente tisane avec de l'eau du robinet et une très médiocre tisane avec une eau minérale. D'un point de vue chimique, au plus l'eau est pauvre en minéraux, au plus son pouvoir de dissolution est élevé.

Quelles sont les caractéristiques pour le choisir l'eau de ma tisane ?

  • Elle doit  être pauvre en calcium (=peu de calcaire), pauvre en minéraux de manière générale (attention aux eaux fortement minéralisées de type Contrex, Vittel, Hépar, La Française…),
  • Choisir une eau de source ou minérale à faible contenance en "résidu sec", ces informations sont indiquées sur chaque étiquette des bouteilles vendues dans le commerce. Un pH neutre (autour de 7) est idéal aussi.
  • Si l'eau de votre robinet répond à ces critères, elle peut être utilisée telle quelle ou filtrée.
  • Si ce n'est pas le cas, voici le nom de quelques marques d'eau très faciles à trouver dans le commerce : Volvic, Mont Roucous, Mon Calm, la Volcania, ou si vous ne trouvez pas alors l'Evian fera l'affaire.

L'eau ensuite portée à ébullition, fournira une action d'extraction supplémentaire, elle s'immisce dans les tissus de la plante et les désintègre afin de libérer ses composants "hydrosolubles".

Tisanes, avantages et inconvénients

Quels sont les avantages de la tisane ?

C'est la forme la plus traditionnelle, bénéficiant de nombreux siècles d'utilisation et d'expérience transmise au fil du temps et toujours d'actualité aujourd'hui.

C'est elle qui permet d'extraire le mieux les principes actifs de la plante solubles dans l'eau ou hydrosolubles, ce qui lui assure efficacité remarquable.

Grâce à la chaleur de l'eau, la tisane permet également d'extraire des principes actifs qui ne sont pas solubles dans l'eau, comme les huiles essentielles contenues dans la plante.

Elle reste actuellement une solution thérapeutique peu onéreuse à privilégier.

Quels sont les inconvénients de la tisane ?

Elle prend un peu de temps à réaliser. Elle n'est pas la plus facile à emporter en déplacement (travail, voyage).

Comme toutes les formes extractives liquides, la tisane ne se conserve pas très longtemps (maximum 2 jours au réfrigérateur, mais il est conseillé de la faire au fur et à mesure de sa consommation).

Découvrez nos Plantes Médicinales de l'Herboriste

Découvrez nos autres articles au sujet de la Tisane composée de l'Herboriste

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.