Partout en France Herboristerie du Valmont livre vos Plantes en Vrac Bio et produits de Phytothérapie àpd 2,99 €, que vous soyez à Paris, Lyon, Grenoble, Bordeaux ou Marseille. Le Bien-Être Naturel Qualité Herboristerie !

L'Artichaut, pour un foie en pleine forme !

L'Artichaut, pour un foie en pleine forme !

Publié le : 08/12/2017 07:30:29

Issu du chardon sauvage, l’artichaut aussi appelé bérigoule est aujourd’hui largement cultivé et apprécié en France. Mais déjà, dans l’Antiquité, on évoquait les bienfaits de ce légume dont les extraits sont capables de stimuler le fonctionnement hépato-biliaire et de favoriser la digestion.

Principes actifs :

Des lactones sesquiterpéniques (cynaropicrine), flavonoïdes (cynaroside, cynnaratrioside, scolymoside), acides-phénols (acide chlorogénique, canarine), acides alcools, stérols, sels minéraux (potasium, magnésium).

Nom latin:

Cynara scolymus L.

Famille:

Astéracées

Parties utilisées:

Les feuilles

Description:

L’artichaut appartient à la même famille botanique que le tournesol, le cardon, la marguerite et le chardon-Marie. Il dérive sans doute de l’évolution du cardon originaire des régions méditerranéennes.

Les améliorations culturales ont donné la plante que nous connaissons aujourd’hui : haute de 1,50 à 2 m, elle possède de fortes tiges ramifiées couronnées d’une grosse fleur pourpre et verte. Ce sont ces fleurs, encore immatures, qui donnent l’artichaut-légume dont nous nous régalons.

On consomme après cuisson la base épaisse des bractées florales (improprement appelées feuilles) et le réceptacle charnu de la fleur (ou fond).

L’extrait d’artichaut est obtenu à partir des grandes feuilles profondément découpées de la plante (les feuilles vraies).

Celles-ci renferment plusieurs substances bénéfiques pour la santé, dont la cynarine (principal composant actif aux propriétés hépatoprotectrices et cholérétiques) et divers flavonoïdes (en particulier la lutéoline), ainsi que beaucoup de potassium.

Principales indications :

L’extrait d’artichaut est utile en cas de paresse biliaire, et plusieurs études cliniques ont montré qu’il peut soulager des troubles tels que digestion lente ou pesanteur abdominale. Il est également recommandé en cas d’hypercholestérolémie. La cynarine et les flavonoïdes de l’artichaut, dont la lutéoline, sont de puissants antioxydants, qui peuvent empêcher la destruction des cellules hépatiques et protéger l’organisme des agressions des radicaux libres en excès.

L’artichaut contient de l’inuline, un polysaccharide capable de ralentir le rythme d’absorption des nutriments. Consommé en tant que légume, il peut aider à limiter l’élévation du taux de sucre dans le sang après le repas, et convient donc tout spécialement aux diabétiques.

Autre effets bénéfiques : En raison de ses vertus détoxicantes, l’extrait de feuille d’artichaut est traditionnellement employé dans le traitement de l’arthrite et des rhumatismes. Son action diurétique (liée à sa grande richesse en potassium) permettrait aussi de soulager certains problèmes urinaires. Les recherches portent actuellement sur d’autres effets possibles, notamment son action sur la colopathie fonctionnelle.

Formes d’emploi :

  • Tisane: 1 cuillère à café de feuilles sèches par tasse ; infusion 3 minutes ; 2 à 3 tasses par jour.

  • Teinture-mère : 20 à 30 gouttes 3 fois par jour dans un peu d’eau.

  • Jus de plante (Marque Salus): 1 c. à soupe deux fois par jour.

  • Gélules : Selon le dosage, voir les conseils du fabricant 

Astuces et conseils :

  • Un peu de teinture-mère d’artichaut sur les doigts pour empêcher l’enfant de sucer son pouce ou de se ronger les ongles, le goût très amer l’en dissuadera.

  • Pour les personnes pléthoriques, afin de risquer une stimulation trop forte, il est conseillé de faire un mélange avec par exemple de l’aspérule odorante, du pissenlit , menthe,… 

Mise en garde et contre-indications:

Il conseillé de ne pas utiliser en cas d’obstruction des voies biliaires, d’hyperkaliémie, en cas de lithiases biliaires.

Mais aussi chez la femme enceinte et allaitante ainsi qu’en cas d’allergies aux astéracées.

Bibliographie :

Michel Dubray, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2010 / Marie-Antoinette Mulot, Secret d’une Herboriste, Nouvelle édition, Dauphin, 2007-2009 / Christian Escriva, Précis de Phytothérapie, Extraits de gemmothérapie et teintures mères, 2 ème édition, Amyris, 2010 / Yves Vanopdenbosch , Cours de phytohérapie , L’Ecole des plantes de Lessines, 2004-2012 / Docteur Gérard Pacaud, docteur en médecine maître ès sciences, ancien élève diplômé de l’institut Pasteur, Marie-France Six, diététicienne-nutritionniste diplômée d’Etat, journaliste spécialisée, Guide des Vitamines et des minéraux pour une bonne santé, Sélection du Reader’s Digest, 2002.

Partager ce contenu