Epilobe : bienfaits et vertus de l'epilobium

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

Epilobe : bienfaits et vertus de l'epilobium

  • Nom de la plante : Épilobe.
  • Nom latin ou botanique : Epilobium parviflorum ou Epilobium angustifolium.
  • Autres noms : L’épilobe est également appelé épilobe à petites fleurs, épilobe en épi ou à feuilles étroites, laurier de Saint-Antoine, osier fleuri, doucette d'eau, épilobe-mollet.
  • Famille botanique : L’épilobe appartient à la famille des Onagracées.

Quelles sont les vertus traditionnelles de l’épilobe ?

L’épilobe contient des flavonoïdes, des esters stéroliques, des mucilages, des tanins, de la vitamine C et de la provitamine A. Elle contient également de l’œnothéine-A et B, une substance qui lutte contre le développement des enzymes responsable de l’hyperplasie dans l’hypertrophie de la prostate. 

La plante est reconnu pour ses vertus anti-inflammatoires et décongestionnante prostatique. Elle peut être employé pour l’hypertrophie bégnigne de la prostate et les troubles urinaires associés. Parfois recommandée en préventif du cancer de la prostate.

L’épilobe offre des vertus astringentes et émollientes. À ce titre, il sert à traiter les cystites, les diarrhées, les troubles cutanés, les brûlures ou encore les aphtes.

Enfin, l’épilobe est réputé pour soulager les brûlures et les inflammations postopératoires.

Quelles parties de la plante sont utilisées en phytothérapie ?

En phytothérapie, on utilise les parties aériennes c'est-à-dire les sommités fleuries. 

Quelle est la description botanique de l’épilobe ?

Originaire d’Asie et d’Europe, l’épilobe à petites fleurs est une plante herbacée  vivace mesurant entre 30 et 70 centimètre de haut, pouvant parfois atteindre 2 mètres.

Parmi les espèces utilisées en thérapeutique, on s'oriente principalement vers l'E. à petites fleurs (E.parviflorum), à distinguer de l'E. en épi (E.angustifolium) et de l'E. à grandes fleurs (E. hirsutum).

On les retrouve dans les zones tempérées de l’hémisphère nord, sur les talus, les prés, les clairières et les ravins humides ou en altitude jusqu’à 2 500 mètres.

La tige de l’épilobe est dressée, rainurée et partiellement recouverte de poils sécréteurs fins.

Ses feuilles vert foncé sont lancéolées et opposées pour E. parviflorum, alternes pour l'espèce E. angustifolium, plus ou moins pubescentes chez les deux espèces (mais très poilues chez E. hirsutum), elles possèdent des nervures qui n’atteignent pas les bords.

Disposées en grappes grimpantes, les fleurs de l’épilobe sont de couleur rose pâle à violet. Elles apparaissent en été, de juillet à août.

Les fruits de l'épilobe prennent soin des capsules allongées qui contiennent des centaines de graines brunes. Ils sont identiques aux fruits de l’épilobe à grandes fleurs.

Où trouver l’épilobe ?

Si vous souhaitez vous soigner naturellement par les plantes, vous pouvez récolter l’épilobe à partir du mois de juillet jusqu’au mois d’octobre. Pour plus de facilité, vous pouvez également trouver de l'épilobe en herboristerie.

À l'herboristerie du Valmont, nous proposons l’épilobe en plante coupée séchée et en poudre de plante de qualité biologique pour la préparation de tisane, ou d'autres préparations médicinales.

Nous proposons également l’épilobe sous formes prêtes à l’emploi tels que les ampoules et les gélules.

Comment cultiver et récolter l’épilobe ?

L’épilobe affectionne particulièrement les sols caillouteux, frais et humides. Il pousse généralement dans les montages, les forêts, les buissons et les bords de rivières. Cependant, l’épilobe s’adapte à la plupart des sols et à la terre des jardins. Bien qu’il ne supporte pas la sécheresse, il apprécie l'exposition en plein soleil ou à mi-ombre.

C'est une plante rustique qui peut résister à des températures avoisinant les -20 °C. Pour cultiver l’épilobe chez vous, plantez-la au printemps ou en automne, vous la trouverez généralement en petit godet en jardinerie.

Pour commencer, préparez le sol et creusez un trou. Placez votre plant au centre, comblez l’espace restant avec de la terre et tassez. Arrosez généreusement le pied. Laissez-lui de l’espace afin qu’elle puisse se développer correctement.

Facile d’entretien, l’épilobe requiert peu d’attention. Un arrosage régulier est nécessaire pour garder la fraîcheur et l’humidité du sol.

La taille n’est pas nécessaire mais vous pouvez tout de même couper les fleurs fanées afin d’optimiser la floraison et de laisser d’autres fleurs d'éclore. Cette étape permet également d’éviter la dispersion des graines.

L'épilobe semble être sensible au mildiou et à la rouille, notamment lorsque l’humidité est trop élevée. Dans ce cas, les feuilles sont recouvertes de taches brunes ou blanches et d’une substance collante sécrétée par les pucerons.

Pour remédier à ce problème, il suffit d'éliminer les feuilles atteintes et de réduire l’humidité.

Récoltez les sommités fleuries à partir du début du mois de juillet jusqu' à la fin de la floraison vers le mois d'octobre. 

Quels sont les usages reconnus de la plante médicinale d’épilobe ?

En relation avec ses vertus prostatiques :

  • hypertrophie bénigne de la prostate, en traitement pour ralentir la croissance de la glande ou pour traiter la dysurie associée ;
  • troubles de la prostate, prostatite aiguë, hypertrophie bénigne de la prostate, inflammations et infections de l' appareil urinaire chez les hommes ;
  • orchite, épididymite.

En relation avec sa forte teneur en tanins :

  • stomatite, gingivite, pharyngite (bains de bouche et gargarismes) ;
  • œsophagite, gastro-entérites, diarrhées, troubles du transit ;
  • irritations de la peau.

Comment prendre ou utiliser l’épilobe ?

Usages thérapeutiques en interne :

  • Infusion de plantes fleuries : Laissez infuser 1 à 2 cuillères à café d’épilobe dans 250 ml d’eau bouillante pendant 5 minutes. Buvez-en 2 à 3 tasses au cours de la journée pour bénéficier des effets antidiarrhéique et anti-inflammatoire intestinale et prostatique.
  • Tisane antidiarrhéique pour les enfants : Laissez infuser 1 cuillère à café d’épilobe dans une tasse d’eau bouillante. Vous pouvez parfumer avec 3 feuilles de menthe poivrée. 3 tasses par jour pendant 3 jours pour lutter contre les diarrhées infantiles d’été.
  • Tisane adoucissante contre les irritations de la gorge : Laissez infuser 2 cuillères à café d’épilobe dans 1 litre d’eau. Buvez-en 3 à 4 tasses par jour pour soulager les irritations du larynx et de l'œsophage.

Usages thérapeutiques en externe :

  • Bain de bouche de la tisane adoucissante : Utilisez la tisane adoucissante en bain de bouche pour lutter contre les inflammations gingivales et les aphtes.
  • Baume cicatrisant et antibactérien : Comptez 20 gouttes de teinture mère d’épilobe pour 100 grammes de beurre de karité. Utilisez ce baume en cas de troubles cutanés tels que les brûlures, les écorchures et les rougeurs.
  • Compresse sur les blessures : Versez 30 gouttes de teinture mère d’épilobe sur une compresse. Appliquez et maintenez la compresse sur la blessure. Humectez la compresse régulièrement avec un peu de teinture mère.

Quelles plantes médicinales peuvent être associées à l’épilobe ?

  • En cas d’hypertrophie bénigne de la prostate : le palmier de Floride (Saw palmetto), le prunier d’Afrique, la racine d’ortie, le curcuma.
  • Pour améliorer le confort urinaire masculin : la racine d’ortie, le lycopène, la graine de courge, la grenade, le sélénium.
  • Pour améliorer le confort prostatique : la verge d’or, la racine d'ortie.
  • Pour améliorer le confort urinaire des hommes d’âge mûr : la graine de courge, la racine d’ortie, le boldo.

Quelles sont les précautions à prendre avant d'utiliser l’épilobe ?

À ce jour, il n’existe aucune toxicité ni aucun effet secondaire répertorié en lien avec l’épilobe.

Si des symptômes apparaissent lors de la prise d’épilobe, notamment de la fièvre, des spasmes, du sang dans les urines, des mictions douloureuses ou de la rétention urinaire, il est nécessaire de consulter un médecin.

Le saviez-vous ?

L’épilobe est depuis longtemps utilisé pour ses vertus astringentes. Autrefois, ces tiges filandreuses étaient transformées en corde pour les bateaux et en toile, mais sans grand succès.

Les Amérindiens consommaient l’épilobe comme un légume. Son suc était parfois utilisé pour soulager les irritations cutanées et les brûlures.

En Europe, c’est l’herboriste Maria Treben qui a été la première à préconiser l’épilobe pour traiter les problèmes de prostate.

En Sibérie, les chamans utilise un alcool à base d’épilobe et d’amanite tue-mouches, un champignon aux vertus hallucinatoires, hypnotiques et sédatives, pour entrer en contact avec les esprits.

Découvrez nos autres articles au sujet de la Prostate, de l'Epilobe

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.