Les vertus et bienfaits du Pin - Pinus sylvestris

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

Les vertus et bienfaits du Pin - Pinus sylvestris

Nom de la plante : Pin.

Famille botanique : Le pin appartient à la famille des Pinacées (ou Abiétacées) anciennement Conifères.

Quel est son nom latin ou botanique ?

Le nom latin du pin est Pinus sylvestris, Pinus montana ou Pinus uniciata.

Quels sont les autres noms du pin ?

Le pin est également appelé pin commun, pin écossais, pin du Nord, pin de Riga, pin sauvage ou pin de Russie.

Quelles sont les vertus traditionnelles du pin ?

Le pin offre des vertus antitussives, expectorantes, fluidifiantes, antiseptiques, antiallergiques respiratoires et pectorales. Il est souvent utilisé pour soigner la bronchite, la laryngite, la sinusite, la grippe, le rhume, la toux, l'asthme, le rhume des foins et les affections pulmonaires chroniques.

Il possède des vertus antiseptiques urinaires et diurétiques qui sont utiles en cas d’infections des voies urinaires.

Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, le pin peut être utilisé en externe pour les douleurs articulaires et musculaires, en cas d’arthrose, goutte, ostéoporose ou inflammation des articulations, mais aussi pour les lumbagos, les sciatiques et les entorses.

De par ses polyphénols le pin maritime est un excellent tonique veineux utilisé en cas de varices, d’hémorroïdes et d’insuffisance veineuse chronique, ses oligo-proanthocyanidine sont aussi connus sous l'abréviation OPC.

Indiqué en cas de fatigue chronique avec tendance à l’hypotension, le pin agit comme un stimulant surrénalien.

Les aiguilles de pin peuvent être utilisées en bain, notamment en cas de rhume, de refroidissement, de douleurs rhumatismales ou de maladies de peau.

En gemmothérapie les bourgeons de pin à crochets ou Pinus montana possèdent des vertus régénérantes osseuses et articulaires, et reminéralisantes. Il prévient les fractures liées à l’ostéoporose et il est conseillé en cas d’arthrose douloureuse. Il est utilisé en cas de spasmophilie et de dystonie neurovégétative.

L’huile essentielle d’aiguilles de pin offre des propriétés antibactériennes, antifongiques, antivirales, antiseptiques et immunomodulatrices. Elle peut être utilisée en cas d’affections respiratoires ou de problèmes cutanées.

L’huile essentielle possède également des vertus toniques et stimulantes des corticosurrénales, stimulantes, décongestionnantes respiratoires. Elle est parfois employée en cas de fatigue chronique, d’épuisement, de déprime, d’affections respiratoires, de douleurs rhumatismales ou musculaires, de crampes et de contractures.

Enfin, l’huile essentielle de pin est un tonique sanguin et lymphatique qui peut être utilisée pour stimuler la microcirculation et décongestionner les vaisseaux sanguins. Cette action permet de traiter la cellulite, les jambes lourdes, la rétention d’eau. En usage externe, cette huile soulage l’hypertrophie bénigne de la prostate, l'eczéma, le psoriasis et la peau fatiguée.

Quelles parties de la plante sont utilisées en phytothérapie ?

En phytothérapie, on utilise le bourgeon séché ou frais, l’aiguille, la résine et la sève de pin.

Quelle est la description botanique du pin ?

Le pin est une arbre originaire d’Eurasie, présent dans toute l’Europe jusqu’au nord de l’Asie et à l’intérieur du cercle arctique. Il pousse régulièrement dans les forêts siliceuses des montagnes entre 800 et 2 600 mètres d’altitude. Cet arbre élancé dispose d’un long tronc nu, droit et cylindrique de 25 mètres de hauteur. Il peut parfois atteindre 45 mètres.

Le tronc est recouvert d’une écorce en forme d'écailles desquamantes, de couleur ocre-rouge qui devient gris en vieillissant. Ce résineux à racine forte et pivotante vit entre 150 et 200 ans, mais certains arbres ont déjà atteint près de 700 ans.

Les feuilles persistantes, sont épaisses, rigides et torsadées. Elles sont en forme d’aiguille mesurant 4 à 7 centimètres et réunies par paires. Les fleurs mâles sont groupées en courts chatons de couleur jaunâtres à la base des pousses de l’année. Les fleurs femelles se trouvent au sommet de ces mêmes pousses.

Les fruits sont des cônes ovoïdes écailleux, connus sous le nom de “pomme de pin”. Ils mûrissent au bout de 3 ans avec des graines. Les bourgeons sont récoltés de février à avril.

Où trouver le pin ?

Si vous souhaitez vous soigner naturellement par les plantes, vous pouvez récolter le pin à partir du mois de novembre jusqu’au mois de mai. Pour plus de praticité, vous pouvez également vous le procurer en herboristerie.

À l'herboristerie du Valmont, nous proposons le pin sous la forme sèche (bourgeons entiers, résine en vrac) pour la préparation de tisane de pin, de baumes ou onguents thérapeutiques ou autres préparations médicinales.

Nous proposons également le pin dans des formats prêts à l’emploi tels que la teinture mère et l’huile essentielle.

Comment cultiver et récolter le pin ?

Le pin doit être planté en pleine terre, en plein soleil ou à mi-ombre. Il s’adapte à tous les sols à condition qu’ils soient bien drainés. Le pin affectionne particulièrement les sols légers, acides et humifères. Il aime la chaleur et résiste bien au vent et à la sécheresse. Seules les variétés naines peuvent être cultivées en bac ou en pot.

Plantez votre arbre en pleine terre vers le mois de septembre ou d’octobre, lorsque la terre n’est pas encore trop froide. Sinon, attendez le mois d’avril ou de mai. Creusez un trou deux fois plus grand que la motte et tuteurez ou haubanez avec 1 à 4 tuteurs en fonction de la taille.

Immergez la motte quelques minutes dans l’eau au préalable afin d’optimiser l’humidité. Recouvrez la motte sans comprimer ni tasser. La tige doit être bien verticale. Faites une cuvette autour de la motte pour faciliter l’arrosage.

Les premiers étés qui suivent la plantation, l’arrosage doit être régulier. Vous pouvez également apporter de l’engrais. Après 3 ans, arrosez uniquement en cas de sécheresse et bassinez le feuillage en fin de journée en période de fortes chaleurs. Ensuite, vous pouvez arrêter d’arroser.

Le pin n’a pas besoin de taillage sauf pour éliminer du bois mort ou une branche cassée. Ce taillage se fait avant le printemps, entre novembre et mars.

Le pin est sensible à de nombreuses maladies, à la rouille et à la pourriture. De nombreux insectes tels que les cochenilles, les scolytes et les tordeuses peuvent également s’attaquer au pin.

Quels sont les usages reconnus de la plante médicinale de pin ?

En relation avec ses vertus anti-inflammatoires, antiseptiques, expectorantes et mucolytiques :

  • sphère ORL : otite, rhinite aiguë ou chronique, sinusite aiguë ou chronique, rhinopharyngite, laryngite, rhumes ;
  • sphère bronchopulmonaire : trachéobronchite, bronchite aiguë et chronique avec toux grasse, mucosités, inflammation des voies aériennes ; hypersensibilité des muqueuses respiratoires avec irritation chronique ou récurrente.

Comment prendre ou utiliser le pin ?

Usages thérapeutiques en interne :

  • Décoction de bourgeons : Comptez 1 cuillère à café de bourgeons pin sylvestre pour une tasse de 150 mL d’eau froide. Portez à ébullition pendant 3 minutes. Laissez encore  infuser pendant 10 minutes à couvert. La tisane a un goût amer, vous pouvez donc la sucrer avec du miel. Buvez-en 1 à 3 tasses par jour. Vous pouvez faire une cure de 7 jours.
  • Teinture mère de pin : Prenez 20 à 25 gouttes diluées dans un verre d'eau, 3 fois par jour.
  • Hydrolat : 1 cuillère à café pour une tasse de 150 mL d’eau frémissante, 3 fois par jour.
  • Macérat mère : 5 à 15 gouttes de macérat mère de bourgeons de pin à crochets par jour pures ou diluées avec un peu d’eau, le matin à jeun. Laissez quelques minutes sous la langue avant d’avaler.
  • Elixir floral de Bach “Pin Sylvestre” : 2 à 3 gouttes avec un peu d’eau, 3 à 4 fois par jour.

Usages thérapeutiques en externe :

Pour le rhume, le refroidissement et la bronchite :

  • Fumigation : Brûlez la résine de pin comme de l’encens. Déposez un morceau de résine sur un disque de charbon ardent allumé.

Pour les douleurs rhumatismales et les douleurs de la goutte :

  • Compresse de l’infusion : Appliquez une compresse chaude d’infusion de bourgeons de pin sur les zones douloureuses.

Pour le rhume, les affections respiratoires et les périodes d’épidémie :

  • Diffusion atmosphérique de l’huile essentielle : 1 cuillère à café d’huile essentielle dans un diffuseur, 10 à 20 minutes par heure.

Pour la toux, la bronchite, la rhinite allergique, les rhumes chroniques, les crises d’asthme et la sinusite :

  • Inhalation humide : Diluez 2 à 4 gouttes d’huile essentielle de pin dans un bol d’eau bouillante. Inhalez les vapeurs dégagées en recouvrant votre tête avec une serviette pendant 5 à 10 minutes. Fermez les yeux pendant l’inhalation, respirez lentement et profondément.
  • Inhalation sèche : Mettez quelques gouttes sur un mouchoir ou dans un flacon et respirez régulièrement.

Pour la fatigue, la convalescence, les rhumatismes, les douleurs musculaires, la cellulite, les jambes lourdes et la rétention d’eau :

  • Application locale de l'huile essentielle : 3 gouttes d’huile essentielle de pin diluée dans 1 cuillère à soupe d’huile végétale. Appliquez sur le haut de dos, le thorax, la colonne vertébrale et la plante des pieds ou sur la zone douloureuse.

Quelles plantes médicinales peuvent être associées au pin ?

  • En cas d’affections respiratoires, de bronchite, de sevrage de tabac, de grippe et de sinusite : huiles essentielles de menthe poivrée, de thym à linalol, de girofle, d’origan vert, de cannelle, de lavande ou teintures mères de marrube blanc, de réglisse.
  • En cas de rhinite allergique : huiles essentielles de citron, de camomille allemande, d’estragon, de menthe poivrée ou bourgeons de cassis.
  • En cas de cellulite : hydrolats de cyprès ou de genévrier.
  • En cas d’hypertrophie bénigne de la prostate : huiles essentielles de cyprès ou de clou de girofle.
  • En cas de fatigue : huiles essentielles de genévrier, de gingembre et ou de poivre noir.

Quelles sont les précautions à prendre avant d'utiliser du pin ?

Les bourgeons de pin ne doivent pas être utilisés à dose trop importante et sur une durée supérieure à 7 jours car il existe un risque d’irritation des reins et des voies digestives.

L’huile essentielle de pin est déconseillée en cas d’hypertension artérielle ou de trouble cardiaque. Elle est contre-indiquée en cas d’allergie au pinène ou au limonène, pendant les 5 premiers mois de grossesse et aux enfants de moins de 7 ans.

L’huile essentielle ne doit pas être utilisée pure sur la peau et les muqueuses car elle peut être irritante. Pour une application cutanée, pensez à la diluer avec une huile végétale.

Le saviez-vous ?

Le pin est souvent associé à la mort car une fois coupé, il ne repousse plus. Ce symbolisme de la mort est parfois interprété comme un signe d’immortalité et d’extrême résistance car il est capable de coloniser les milieux les plus défavorables et de vivre très longtemps.

Découvrez nos autres articles au sujet du Pin

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.