Jambes lourdes - Insuffisance veineuse ? Nos solutions d'Herboristerie

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

Jambes lourdes - Insuffisance veineuse ? Nos solutions d'Herboristerie

Libérez-vous naturellement de vous jambes lourdes. 

L’été arrive et avec lui les premières chaleurs. Si vous souffrez d’insuffisance veineuse, peut-être en ressentez-vous dès lors les premiers symptômes : lourdeur et sensation de chaleur dans les jambes, fourmillements, œdème (gonflement) des chevilles et mollet aggravé le soir, varicosités (petits filets veineux violacés) voire varices (distension importante des veines faisant saillie comme un cordon sous la peau).

Des facteurs héréditaires entrent en jeu s’agissant de la circulation, mais certaines circonstances telles que la grossesse, le surpoids, la sédentarité, le tabagisme…peuvent amplifier le problème et favoriser la stagnation du sang dans les membres inférieurs.

Le réseau veineux a pour vocation de ramener le sang vers le cœur. Il est aidé en cela par le système lymphatique, sorte de réseau de vaisseaux parallèles aux veines chargés de récupérer le plasma qui exude du réseau capillaire artério-veineux. Les gros troncs lymphatiques situés dans la cage thoracique vont ensuite rejeter dans de grosses veines.

Les veines sont des vaisseaux dont le tonus musculaire est plus faible que celui des artères. Pour garantir le retour du sang vers la pompe cardiaque, elles sont donc en outre pourvues de petits « clapets ou valves anti-retour » empêchant le sang de redescendre. Avec l’âge, ce système anti-retour s’affaiblit, d’autant plus s’il n’est pas soutenu par une activité physique régulière et protégé des altérations telles que celles provoquées par les radicaux libres (stress, tabagisme, …) et l’excès de sucre dans le sang (diabète).

Le sang remontant vers le cœur doit aussi franchir de grands « carrefours » tels que le bassin et le foie. Toute entrave à la circulation dans ces zones (foie engorgé, congestion dans le bassin lié à la grossesse ou cycle menstruel) va donc se traduire par une stagnation du sang dans les jambes, ce qui va aggraver la distension des veines et les dégâts aux valves anti-retour incapables de soutenir un tel volume de sang.

L'insuffisance veineuse, un traitement de fond de phytothérapie

L’usage de plantes aux propriétés protectrices des parois veineuses, vasoconstrictrices (agissant sur la musculature lisse des veines), astringentes (resserrer la paroi des vaisseaux afin de limiter l’exsudat de liquide à reprendre par le système lymphatique, décongestionnantes, stimulantes de la microcirculation (notamment du foie), restructurantes de la paroi veineuse

  • L’usage de plantes fluidifiantes du sang afin de faciliter a remontée dans les vaisseaux
  • L’usage de plantes soutenant la circulation lymphatique

Une approche intégrée faisant appel aux mesures d’hygiène de vie ainsi qu’aux compléments alimentaires à même de soutenir la circulation

Les plantes suivantes sont parmi les plus intéressantes dans le soulagement de l’insuffisance veineuse :

Les tisanes pour la circulation

  • La vigne rouge (Vitis vinifera, feuilles) : riche en polyphénols (flavonoïdes, tannins, ..) antioxydants, la vigne rouge protège les parois veineuses des attaques de radicaux libre, diminue la perméabilité des capillaires et donc l’œdème.
  • Le petit houx (Ruscus aculeatus, rhizome et racine) ou Fragon : vasoconstricteur veineux puissant, il est très indiqués pour les troubles veineux touchant les gros troncs (varices, hémorroïdes,..)
  • L’hamamélis (Hamamelis virginiana, feuilles): contient des flavonoïdes protecteurs de l’intégrité des vaisseaux et des tannins astringents
  • Le noisetier (Corylus avellana) : L'hamamélis de chez nous, avec sensiblement les m^mes propriétés et indications.
  • Le marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum, écorce) : anti-oedémateux, vasoconstricteur, tonique veineux, anti-inflammatoire, le marronnier d'Inde est indiqué pour l’insuffisance veineuse chronique. A éviter cependant en cas d’estomac fragile (sauf utilisé en macérat glycériné de bourgeons ne présentant pas cette précaution d’emploi)
  • La prêle (Equisetum arvense, plante entière) : très riche en silice qui est un constituant majeur de la paroi des vaisseaux, elle aide à soutenir leur solidité
  • Le Mélilot (Melilotus officinalis, fleurs): riche en ployphénols, il soutient la circulation veineuse et lymphatique. Ses coumarines lui donnent également une action fluidifiantes sanguine et aident donc à réduire le risque de thrombose veineuse (phlébite, thrombophlébite).
  • Le romarin (Rosmarinus officinalis, tiges et feuilles) : plante du foie et de la microcirculation, il concourt à favoriser la circulation hépatique et donc à limiter les stases.

Suggestion de tisane

  • Mélange à part égales (10 grammes de chaque pour un litre d’eau) des 3 plantes suivantes : vigne rouge + Fragon + romarin. Laisser infuser 10 minutes, boire 2-3 tasses/jour.
  • Norte formule la plus complète : La tisane circulation sanguine et jambes légères de l'Herboristerie du Valmont est une tisane composée de plantes aux propriétés toniques veineuses et vasoconstrictrices. Elle est idéale pour soulager les jambes lourdes et disgracieuses, les varice et les hémorroïdes. Notre tisane tonifie les tissus des parois veineuses pour favoriser une meilleure circulation. 

Remarque

La plupart des plantes précitées sont disponibles sous différentes formes galéniques (plantes en vrac telles qu’utilisées dans la tisane ci-dessus, mais aussi teinture mère, gélules de poudre ou d’extrait sec,…), consultez notre site (wwww.herboristerieduvalmont.com) pour trouver celle qui vous convient le mieux quant à sa facilité de prise.

Les teinture mères pour le système veineux

  • Le marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) : il facilite la circulation retour dans les jambes et le bassin (lutte contre la stase pelvienne et donc intéressant en cas de lourdeur liée aux règles). Il aide donc en cas de varices des jambes, mais aussi pelviennes et vaginales.
  • Le mélilot (Melilotus officinalis, fleurs) : riche en ployphénols, il soutient la circulation veineuse et lymphatique. Ses coumarines lui donnent également une action fluidifiantes sanguine et aident donc à réduire le risque de thrombose veineuse (phlébite, thrombophlébite).
  • La vigne rouge (Vitis vinifera, feuilles) : riche en polyphénols (flavonoïdes, tannins, ..) antioxydants, elle protège la paroi veineuse des attaques de radicaux libre, diminue la perméabilité des capillaires et donc l’œdème.
  • L'hamamélis (Hamamelis virginiana) : contient des flavonoïdes protecteurs de l’intégrité des vaisseaux et des tannins astringents

Posologie 

En règle générale on utilise pour une personne de poids moyen de 65-75 kg la posologie suivante : Prendre 20-30 gouttes 3x/jour, soit un total de 90 gouttes au total par jour.

Remarque

Il est préférable de répartir la prise en 3 fois. Si vous faites un mélange de deux ou trois TM, ne dépassez pas le dosage total moyen du mélange, ne pas additionner les posologies. Tenir compte des contre-indications liées à chaque plantes choisies, surtout en cas de prise d'anti-coagulants.  

La gemmothérapie au secours de vos veines

La gemmothérapie utilise principalement les extraits de bourgeons (ou jeunes pousses) de 3 plantes pour le soutien de la circulation veineuse :

  • Le bourgeon de sorbier (Sorbus aucuparia) : remède remarquable des jambes avec varices apparentes. Il décongestionne, tonifie la paroi, fluidifie le sang et est un anti-inflammatoire veineux.
  • Le bourgeon de marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) : il facilite la circulation retour dans les jambes et le bassin (lutte contre la stase pelvienne et donc intéressant en cas de lourdeur liée aux règles). Il aide donc en cas de varices des jambes, mais aussi pelviennes et vaginales
  • Le bourgeon de châtaigner (Castanea sativa) : il a une action à la fois lymphatique et veineuse. Son action profonde sur la circulation lymphatique le rend ausis intéressant en cas d’œdème, de cellulite.

D’autres bourgeons peuvent y être associés en fonction de leur action spécifique : l’aulne glutineux (grand draineur circulatoire), le citron (action dépurative du foie et fluidifiant sanguin), le gingko biloba (action anti-thrombose, fluidifiant sanguin et stimulant de la microcirculation), la prêle (grande reminéralisante, elle renforce la paroi veineuse).

Suggestion en gemmothérapie

Ces trois bourgeons peuvent bien sûr être pris isolément. Leur posologie en unitaire est alors généralement de 5 à 15 gouttes/jour, pures ou diluées dans un peu d’eau.

  • Le complexe Vénagem Herbalgem les associe pour une synergie très efficace à prendre graduellement : 5gouttes 1x/j la première semaine, 2 fois 5 gouttes/j la deuxième semaine, 3 fois 5 gouttes/j la troisième semaine.
  • Venasève Herbalgem : Association de sève de bouleau avec les bourgeons de cassis (anti-inflammatoire protecteur des parois veineuses), de bouleau (draineur des liquides), de peuplier (draineur circulatoire artériel). Associée à Venagem, cette synergie drainante aide à la décongestion des jambes en favorisant l’élimination.

Précaution d’emploi

Pour toutes les plantes citées présentant une action fluidifiante sanguine (sorbier, citronnier, ginkgo biloba, mélilot, ..), il est important de noter que leur action peut se surajouter à celle de médicaments anticoagulant. Leur dose doit donc être évaluée en fonction de cette interaction. Parlez-en à votre médecin !

L'aromathérapie pour la circulation 

Certaines huiles essentielles sont intéressantes pour la circulation veineuse. Nous n’envisagerons ici qu’un usage externe.

  • Les lavandes (Lavandula vera, Lavandula latifolia spica) et lavandins (surtout lavandin super : Lavandula hybrida clone super) : par leur action légèrement fluidifiante sanguine, favorisent le retour veineux.
  • Le laurier noble (Laurus nobilis) : il active la circulation par son 1.8 cinéole et participe à la restructuration des paroi veineuses
  • Le lemongrass (Cymbopogon citratus) : grande HE de la circulation lymphatique
  • Le romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis 1 .8 cinéole) : il active la microcirculation et favorise donc le retour veineux.
  • Le cyprès (Cupressus sempervirens) : grande HE circulatoire, décongestionnante veineuse et lymphatique. Ne pas utiliser chez la femme enceinte et en cas d’antécédent ou risque de cancer hormono-dépendant sans l’avis d’un thérapeute.

Suggestion de formule en aromathérapie (usage externe) :
Massage léger de la cheville en remontant sur la jambe, à effectuer 1 à 2 fois par jour, surtout le soir : réaliser une huile de massage avec les HE suivantes dans 30 ml d’huile végétale (10 ml d’huile végétale de Calophyllum inophyllum + 20 ml d’huile végétale de Macadamia integrifolia) : 10 gouttes d’HE de Lemongrass (Cymbopogon citratus), 5 gouttes d’HE de Laurier noble (Laurus nobilis), 5 gouttes d’HE de cyprès (à remplacer éventuellement par 5 de laurier en cas de risque), 10 gouttes d’HE de Lavandula angustifolia (=vera).

En complémentation nutritionnelle 

A l’instar des plantes, certains compléments peuvent soutenir la circulation veineuse par leur effet antioxydants, fluidifiant sanguin,…

  • OPC Platinum (Mannavital) : oligomères procyanidoliques de pin maritime, puissamment antioxydants et protecteurs de parois veineuses (limitent la destruction du collagène et de l’élastine qui assurent une bonne solidité des parois veineuses).
  • Pycongénol (marque Solgar) : action comparable aux OPC. Réduit les symptômes de l’insuffisance veineuse de 80% après dix jours chez près de 80% des personnes testées (source : « se soigner par les plantes » par le Dr Gilles Corjon)
  • Rutine (marque Solgar) : antioxydant utilisé dans les troubles circulatoires, il préserve la vitamine C.
  • Oméga 3 (exemple : Omega 3 Magnum , Be-Life) les omégas 3 à longue chaîne présents dans les huiles de poissons gras sont fluidifiants sanguins et aident donc au retour veineux.
  • La bromelase (Bromelase 400, Be-Life) : la bromélaïne, à l’instar de la papaïne contenue dans la papaye, est une enzyme de dégradation des protéines extraite de la tige de l’ananas. Prise en dehors de repas, elle aide à la diminution du taux de fibrinogène du sang et augmente donc sa fluidité, favorisant ainsi le retour veineux. Le dosage conseillé est de 400 à 800 mg/jour.
  • V-nal: crème à base d'extrait de marron d'Inde, de vigne rouge et de petit houx, réactive la circulation et le retour veineux . Existe en capsules.

Conseils généraux

  • La circulation veineuse est soutenue par la respiration et la contraction musculaire : des respirations amples et profondes et une activité physique telle que la marche sont donc vivement recommandées afin de favoriser le retour veineux.
  • Privilégier une alimentation riche en antioxydants surtout présents dans les petits fruits (myrtilles, mûres, framboise, ..) et les légumes (variez les couleurs dans l’assiette !) est fondamental pour optimaliser la protection des parois veineuses et limiter le surpoids qui fatigue le cœur et abîme les vaisseaux.
  • Eviter le tabac, générateur de radicaux libres qui abîment considérablement ls vaisseaux sanguins.
  • Consommer de bonnes graisses (acides gras oméga 3, oméga 9) favorise la fluidité sanguine et une bonne structure des vaisseaux.
  • Eviter la « surchauffe » des membres inférieurs (chauffage au sol, bains chauds, …). Pratiquer si possible des douches froides en remontant des pieds vers le haut de la cuisse afin de favoriser la vasoconstriction.
  • Surélever les jambes régulièrement (surtout la nuit) et porter des bas de contention au besoin.

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.