Cassis : Bienfaits, utilisations et effets secondaires - Ribes nigrum

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

Cassis : Bienfaits, utilisations et effets secondaires - Ribes nigrum

Le cassis est une petite baie foncée largement connue pour ses propriétés antioxydantes et ses nombreux bienfaits pour la santé. Il est originaire d'Europe, mais on le trouve désormais dans d'autres parties du monde.

Le cassis est riche en flavonoïdes qui ont de puissants effets anti-inflammatoires et antioxydants sur l'organisme. Les feuilles de cassis sont traditionnellement utilisées pour traiter les douleurs articulaires et les inflammations, tandis que les baies fournissent une abondance de vitamine C et d'autres antioxydants qui contribuent à renforcer l'immunité et à améliorer la vision.

En outre, le bourgeon de cassis a des propriétés antiallergiques, tandis que le jus aide à traiter les problèmes circulatoires et les infections bactériennes.

Avec autant de valeurs médicinales réunies, il n'est pas étonnant que le cassis soit devenu un superaliment aussi populaire !

  • Nom de la plante : Cassis.
  • Famille botanique : Le cassis appartient à la famille des Grossulariacées.
  • Nom latin ou botanique : Le nom latin du cassis est Ribes nigrum.
  • Autres noms du cassis : Le cassis est également appelé cacis, cassier, cassis à grappes, cassissier, groseillier noir ou gadellier noir.

Les bienfaits, propriétés et vertus du cassis

Les feuilles de cassis sont riches en flavonoïdes aux vertus antioxydantes. Elles sont antirhumatismales, diurétiques, légèrement fluidifiantes, anti-hypertension et anti-inflammatoires. Elles sont souvent employées pour traiter les douleurs articulaires, la goutte, l’arthrite et les coliques néphrétiques.

Les feuilles de cassis sont connues pour améliorer la circulation veineuse, calmer les aigreurs d’estomac et stimuler la digestion. Elles favorisent naturellement l’élimination azotique et urétique. Utilisées en gargarisme, elles soignent les aphtes, les affections de la gorge et les enrouements. Les tanins présents dans les feuilles et dans les fruits lui confèrent ses vertus astringentes.

Le bourgeon de cassis offre des propriétés antiallergiques et agit sur toutes les affections allergiques telles que l’urticaire ou le rhume des foins. Grâce à son effet anti-inflammatoire puissant, il soulage l’asthme, les bronchites et les rhinites. Le bourgeon offre également une action protectrice sur le foie.

Le jus des baies de cassis contient 3 fois plus de vitamine C que le jus d’orange. Il possède des vertus antibactériennes et stimule les défenses immunitaires. Il agit sur les troubles circulatoires d’origine veineuse et il augmente l’acuité visuelle crépusculaire.

Il a également un effet tonique général.

Le cassis et l'hypertension artérielle

Les fruits, les feuilles et les bourgeons du cassis contiennent de puissants antioxydants appelés anthocyanes. Ceux-ci peuvent aider à réduire l'inflammation dans le corps qui contribue à l'hypertension artérielle. Des études ont montré que la consommation de cassis peut améliorer la fonction des vaisseaux sanguins et contribuer à abaisser la tension artérielle.

Un puissant anti-inflammatoire

le cassis peut également contribuer à réduire l'inflammation des articulations associée à l'arthrite, l'arthrose et aux coliques néphrétiques. Il contribue à soulager la douleur et à améliorer la mobilité des articulations.

Des bienfaits pour les yeux

Le cassis contient des nutriments essentiels tels que la lutéine et la zéaxanthine, qui protègent les yeux des rayons UV et réduisent le risque de dégénérescence maculaire liée à l'âge. Il a également un effet positif sur la vision nocturne.

Quelles parties de la plante sont utilisées en phytothérapie ?

En phytothérapie, on utilise les feuilles récoltées avant la floraison et séchées, mais aussi le bourgeon et le fruit frais et sec.

Résumé des pathologies traitées par le cassis

Les problèmes articulaires

En relation avec ses propriétés anti-arthritiques et anti-inflammatoires :

  • arthrose ;
  • rhumatismes dégénératifs des articulations ;
  • arthrite légère à modérée, arthralgies ;
  • pathologies articulaires avec troubles de la microcirculation.

Les infections ORL et les allergies respiratoires

En relation avec ses propriétés anti-inflammatoires à tropisme respiratoire :

  • infections ORL-pulmonaires à répétition ;
  • allergies ORL et respiratoires.

Pour l'état général

En relation avec ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires :

  • récupération post-infectieuse ;
  • fatigue suite à un surmenage ou à des efforts physiques intenses.

Pour l'excès d'acide urique

En relation avec ses propriétés hypo-uricémiantes et uricosuriques :

  • lithiase rénale, hyperuricémie et goutte.

Cassis, posologie et préparation

En tisane

Pour les douleurs articulaires et les rhumatismes :

  • Feuilles : Comptez 2 à 4 grammes (soit 1 à 3 cuillères à café) de feuilles séchées pour une tasse d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 10 minutes. Consommez 1 à 4 tasses par jour. Vous pouvez faire une cure de 4 mois maximum.

En cas d’insuffisance veineuse, de crise d’hémorroïdes, de maux de gorge ou de diarrhée :

  • Fruits : Comptez 2.5 grammes de fruits pour une tasse d’eau bouillante de 250 mL. Faites une cure de 3 semaines à renouveler en cas de besoin.

En teinture mère

Pour les douleurs articulaires et les rhumatismes :

Le jus de cassis

En cas d’insuffisance veineuse, de crise d’hémorroïdes, de maux de gorge ou de diarrhée

  • Riche en vitamine C, le jus de cassis a un effet tonique et apporte un soulagement en cas d’infection.

Le sirop de cassis

Pour les maux de gorge, l’asthme chronique, la fatigue et l’hypotension :

  • Faites bouillir 500 grammes de sucre ou de miel dans 50 cL d’eau jusqu’à obtenir la consistance d’un sirop. Ajoutez 500 grammes de fruits frais et laissez mijoter la préparation pendant 10 minutes. Pressez et filtrez soigneusement le tout.

En bourgeon de cassis

Pour l’asthme, les allergies, les rhumatismes, la fatigue, les tendinites, l’ostéoporose et les œdèmes :

  • Macérât (bourgeons) : Prenez 5 à 15 gouttes par jour en gemmothérapie concentrée, pures ou avec de l’eau, de préférence le matin.
  • A faire soi-même Macérât glycériné de bourgeons de cassis : Placez des bourgeons fraîchement récoltés dans un bocal et recouvrez-les de 5 fois la hauteur de ceux-ci du mélange d'alcool-glycérine (à part égale), puis laissez macérer pendant 2 jours environ. Pressez et filtrez.

Application cutanée

Pour les piqûres de guêpes ou de frelons :

  • Froissez les feuilles fraîches et exprimez le suc sur la piqûre afin de soulager la douleur et de réduire l’œdème.

Quelles plantes médicinales peuvent être associées au cassis ?

  • En cas de fatigue physique, de récupération ou d’asthénie post-infectieuse : le ginseng.
  • En cas d’hypotension artérielle, d’hypocorticisme fonctionnel ou d’épuisement : la réglisse.
  • En cas d’asthénie post-infectieuse : l’ortie (parties aériennes).
  • En cas d'arthrose, douleurs articulaires, d’arthrite des articulations : l'ortie, la reine-des-près, le frêne, le saule blanc. 
  • En prévention et traitement des allergies respiratoires (rhinite, asthme) : le plantain.

Les contre-indications du cassis

Aucune contre-indications formelle n’a été signalée pour le cassis. 

Cassis, effets secondaires

Aucun effet secondaire particulier n’a été signalée pour le cassis. 

Le saviez-vous ?

Le nom latin du cassis vient de l’arabe “ribas” qui signifie “groseille”. Son nom vernaculaire provient du séné ou du cassier dont il partage les effets sur la constipation.

Au XVIIème siècle, le cassis était considéré comme un remède aux multiples vertus thérapeutiques.

Il était utilisé pour soigner la fièvre, la peste, la petite vérole, les vers, les morsures, la jaunisse, la gravelle, la mélancolie, mais aussi pour augmenter l'espérance de vie.

Le cassis est une spécialité de la région de Dijon où un musée lui est consacré : le Cassissium. D’ailleurs, c’est un chanoine dijonnais du nom de Kir qui a inventé le célèbre apéritif. La première distillerie de ce breuvage a été fondée en 1840.

Quelle est la description botanique du cassissier ?

Le cassissier est un arbrisseau touffu à tiges dressées pouvant mesurer entre 1.5 et 2 mètres de haut. Ses feuilles odorantes sont découpées, à 5 lobes dentés, cordiformes et légèrement poilues.

Ses fleurs sont petites, rouges à l’intérieur et vertes à l’extérieur, en grappes pendantes.

Les fruits sont de petites baies globuleuses qui deviennent noires à maturité, odorantes, savoureuses et acides. Cette baie est ornée d’un reste de calice.

Dans les pays nordiques, le cassis pousse rarement de manière spontanée. Il est souvent cultivé pour ses fruits qui servent à confectionner des confitures, des gelées, des jus ou encore des liqueurs. Ses feuilles et ses bourgeons sont utilisés dans le cadre le phytothérapie et de la gemmothérapie.

En France, les cultures de cassis se trouvent principalement autour de la Loire et dans l’est.

Où trouver le cassis ?

Si vous souhaitez vous soigner naturellement par les plantes, vous pouvez récolter le cassis en été. Pour plus de praticité, vous pouvez également vous le procurer en herboristerie.

À l'herboristerie du Valmont, nous proposons le cassis en plante séchée (feuille coupée, fruit entier) pour la préparation de tisane de cassis, de baumes ou onguents thérapeutiques ou autres préparations médicinales.

Afin d’intégrer plus facilement le cassis dans votre quotidien et de profiter de tous ses bienfaits, nous le proposons également dans des formats prêts à l’emploi tels que l’eau florale, le macérat de bourgeons, la teinture mère ou encore les pastilles.

Comment cultiver et récolter le cassis - Ribes nigrum ?

Le cassis (ribes nigrum) est généralement planté entre octobre et avril, en dehors des périodes de gel. Il est possible de planter plusieurs variétés de cassissiers afin de favoriser la pollinisation. Les plants doivent être espacés d’1 mètre.

Le cassis pousse sur des sols réguliers, labourés, désherbés et exempts de cailloux, sous le soleil ou à la mi-ombre, et à l’abri du vent. Pour planter un cassissier (ribes nigrum) dans votre jardin, faites un trou de 40 à 50 centimètres de profondeur et de largeur. Ajoutez du stimulant racinaire et de la corne torréfiée dans le fond du trou avant de reboucher la moitié avec de la terre et du fumier composté.

Installez le cassissier au niveau du sol et comblez le trou avec la terre restante et du terreau pour la plantation. Prenez soin de tasser la terre au pied de l’arbuste et de former une cuvette pour arroser abondamment. Si vous n’avez pas de jardin, sachez que le cassis peut aussi être cultivé en pot sur un balcon ou une terrasse.

Concernant l’entretien, il faut savoir que le cassis craint la sécheresse. Il ne faut pas hésiter à l’arroser régulièrement, surtout pendant ses 2 premiers étés. Vous pouvez faire un paillage au pied de l’arbre et ajouter de l’engrais en cas de sol pauvre. En hiver, il faut tailler deux tiers des branches du cassissier et éliminer totalement les vieilles branches.

Le cassis (ribes nigrum) peut être récolté à partir de sa 3ème année. Lorsque les fruits sont mûrs et que leur couleur est bien noire, vous pouvez les récolter. S’ils ne sont pas récoltés, ils finissent par tomber. La récolte se déroule en été, entre fin juin et fin juillet, voire août ou début septembre pour certaines variétés.

Foire aux questions

Quels sont les bienfaits du cassis ?

Le cassis a des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent aider à réduire l'inflammation pour des pathologies telles que la goutte, l'arthrite et les coliques néphrétiques.

Elle peut également faciliter la digestion et soulager les brûlures d'estomac et les maux de gorge.

Les baies sont riches en vitamine C, qui renforce le système immunitaire et aide à combattre les infections. Le bourgeon de cassis est connu pour ses propriétés antiallergiques, ce qui le rend utile pour traiter l'urticaire, le rhume des foins et l'asthme.

Comment utiliser le cassis comme anti-inflammatoire ?

La consommation de cassis peut contribuer à réduire l'inflammation, car les flavonoïdes qu'il contient agissent comme des anti-inflammatoires naturels. Vous pouvez préparer une tisane de cassis en ajoutant 1 à 3 cuillères à café de feuilles séchées ou fraîches à une tasse d'eau chaude et en laissant infuser pendant au moins 10 minutes. Vous pouvez boire jusqu'à 4 tasses par jour pour obtenir les meilleurs résultats.

Est-ce que le cassis est bon pour l'arthrose ?

Les catéchines contenues dans les feuilles de cassis se sont révélées efficaces contre l'arthrose. Une étude publiée dans l'International Journal of Rheumatic Diseases a montré que les catéchines peuvent réduire l'inflammation et la douleur associées à l'arthrose. Vous pouvez suivre une cure de 4 mois en utilisant soit une infusion, soit une teinture mère de cassis.

Comment et dans quel cas utiliser le cassis ?

La consommation de cassis, frais ou séché est un excellent moyen de bénéficier de leurs puissantes propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. En cas de douleurs articulaires et de rhumatismes, vous pouvez faire une infusion ou prendre une teinture mère. Avec une utilisation régulière, vous devriez rapidement en ressentir les bienfaits !

Est-ce que le cassis est bon pour le cœur ?

Oui, le cassis est riche en antioxydants et en flavonoïdes qui peuvent contribuer à la santé du cœur. Des études ont montré que l'extrait de cassis peut avoir un effet anti-thrombotique, empêchant la formation de caillots sanguins, et peut également réduire le taux de cholestérol. Pour de meilleurs résultats, prendre 1 à 4 tasses par jour ou suivre une cure de 4 mois de traitement avec une infusion de cassis ou une teinture mère.

Découvrez nos autres articles au sujet du Cassis

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.