5 recommandations pour renforcer son immunité naturelle

5 recommandations pour renforcer son immunité naturelle

Lorsqu’on tombe malade, c’est souvent parce que le système immunitaire est affaibli. Le corps est en effet continuellement bombardé d’agressions extérieures qui diminuent l’immunité naturelle. Dès lors, pour lutter contre les ennemis importuns tels que les microbes et les virus, les germes exogènes, les toxines et les toxiques, il faut renforcer son immunité naturelle.

Pour rappel, le système immunitaire est en quelque sorte l’armure du corps humain. Grâce à une série de mécanismes physiologiques, l’organisme peut renforcer ses défenses. Le système immunitaire est généralement affaibli en automne et en hiver, mais il est aujourd’hui moins résistant face au monde actuel. En effet, l’hyper-industrialisation, la sédentarité et les perturbateurs endocriniens affectent son bon fonctionnement.

C’est pourquoi il est capital aujourd’hui, pour lutter contre les infections, de renforcer ses défenses naturelles.

Voici nos 5 recommandations : 

Veillez à conserver une bonne hygiène de vie. 

Avoir une hygiène de vie est le socle de tout système immunitaire en bon état de fonctionnement. Un corps agressé par des bactéries ou des virus, mais dans un bon état de santé immunitaire, pourra se protéger correctement et sera dès lors moins malade. En effet, un virus dans un milieu inopportun ne s’installera pas.

Quelques conseils pour retrouver une bonne hygiène de vie : 

1. Mangez sainement 

Avoir un régime alimentaire équilibré est important pour renforcer les défenses. 

Agrémentez vos assiettes de fruits et de légumes de saison, de préférence bio ;

Limitez la quantité de protéines carnées et préférez, par exemple, les poissons gras riches en oméga 3 et les protéines végétales ;

Diminuez la consommation de produits raffinés. Les sucres et farines blanches épuisent l’organisme et n’apportent aucun nutriment essentiel.

Utilisez des huiles végétales crues en assaisonnement ;

Consommez des produits de la ruche.

Ne vous privez de rien, mais cherchez un équilibre dans votre assiette pour inclure un maximum de nutriments et de vitamines. 

2. Pratiquez une activité physique régulière 

Le corps a besoin de mouvements pour rester en bonne santé. Pour un bon fonctionnement immunitaire, faites un sport adapté à votre condition physique. Les possibilités sont multiples et ne doivent pas forcément être extrêmes. C’est d’ailleurs, la régularité qui prime sur l’intensité.

3. Dormez mieux 

Malheureusement, la majorité de la population dort mal et les carences de sommeil ont un impact très important sur l’immunité. 

Apaisez vos nuits par des rituels de sommeil et des plantes sédatives comme la valériane par exemple. 

4. Limitez les excitants tels que le café, le tabac et l’alcool 

Laissez-leur simplement une place occasionnelle dans votre vie.

Se trouver dans un bon état mental fait également partie du processus de santé. C’est pourquoi on recommande d’agir sur les émotions si elles impactent négativement sur le quotidien. 

Vos pensées conditionnent aussi votre santé.

Entre psychothérapie ou coaching, des possibilités d’aller mieux existent. Cherchez alors la méthode qui vous convient le mieux. Mais surtout : ne laissez pas un moral en berne détruire votre système immunitaire.

L’hygiène de vie, c’est aussi une bonne digestion, un foie qui fonctionne bien, une bonne circulation sanguine, etc. N’hésitez pas à faire un bilan de santé fréquent pour mesurer tous les paramètres de votre vitalité.

Les plantes au service de l’immunité

Malgré une bonne hygiène de vie, le corps a parfois besoin d’un coup de pouce pour lutter contre les infections — ou les éviter. Les plantes sont alors là pour aider le corps à combattre certaines agressions extérieures et donc à renforcer son immunité.

L’échinacée pour stimuler le système immunitaire 

L’échinacée était la plante principale des Cheyennes, ces Indiens d’Amérique du Nord. Ils utilisaient chaque partie de la plante pour soigner les blessures, les maux de gorge, les infections respiratoires, les douleurs dentaires, les morsures de serpent et les piqures d’insectes. L’échinacée était également un remède miracle contre les empoisonnements.

De la famille des Astéracées, la variété d’échinacée la plus utilisée de nos jours est l’Echinacea Purpurea. Son action sur l’organisme permet une protection globale du système immunitaire. Elle permet aux globules blancs une défense plus active contre les infections virales ou bactériales.

Pour une efficacité optimale, l’échinacée s’utilise en cure, sur des périodes allant de 4 à 8 semaines. Une cure engage alors une stimulation et un réveil du système immunitaire. Vu que l’organisme n’a pas besoin d’un stimulus constant, une fenêtre thérapeutique (une pause) de 2 semaines est indispensable pour une utilisation idéale.

La propolis pour combattre au mieux les microbes 

En association avec l’échinacée, la propolis booste encore mieux un système immunitaire affaibli. Lorsque vous souffrez d’une fatigue extrême, de divers maux ou simplement pour renforcer encore plus vos défenses, pensez à la propolis.

Considérée comme remède universel, la propolis protège la ruche du monde extérieur. Savez-vous que les abeilles recouvrent l’extérieur de la ruche avec la propolis ? 

La propolis est issue d’un mélange de salive des abeilles et d’une substance résineuse. Les abeilles créent une couche protectrice stérile autour de leur habitat, tel un vernis végétal.

Pour l’homme, la propolis est aussi un antibiotique naturel qui renforce l’immunité. Ses propriétés antibactériennes et antiseptiques sont alors intéressantes pour lutter contre les virus et bactéries.

Disponible sous diverses formes (gouttes, gommes, sirop, spray, gélule, etc.) la propolis à large spectre accompagne la santé immunitaire. Selon le produit utilisé, adaptez dès lors la posologie recommandée.

Les indispensables probiotiques au secours de l’immunité 

Les probiotiques sont des compléments alimentaires indispensables à la santé globale. Généralement pris lors d’une antibiothérapie pour réguler le microbiote intestinal (l’ensemble des micro-organismes vivants dans l’intestin grêle et le côlon), ils sont en réalité nécessaires pour réguler l’immunité générale du corps. 

Les probiotiques sains sont présents naturellement dans le corps. Mais selon l’hygiène de vie et l’état de santé, ils peuvent faire défaut. Nous recommandons un apport extérieur comme supplément nutritionnel.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants assurant une action positive sur la santé. Les nombreux ouvrages et publications scientifiques l’attestent depuis de nombreuses années, un microbiote intestinal en bonne santé assure une bonne défense immunitaire et un meilleur état de vitalité.

Tout comme l’échinacée et la propolis, les probiotiques seront pris en cure pour un résultat optimal. 

Parallèlement, consommez également des aliments riches en prébiotiques : fruits, légumes, céréales complètes, chicorée, pissenlit, les produits fermentés, etc. Ils favorisent la croissance des bonnes bactéries. 

Prendre soin de son immunité, c’est se donner toutes les chances d’avancer sur le chemin de la santé!

Découvrez nos autres articles au sujet de l'Immunité, de l'Echinacée

Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.

Vous cherchez un produit en relation avec cet article?

Cliquez sur une caractéristique ci-dessous pour découvrir tous les produits correspondant.

Bibliographie

Karine Jacquemard, naturopathe-herbaliste, Le guide de la phytothérapie au quotidien, Rusticas Editions,2019 | Dr Claudine Luu, 1000 remèdes à faire soi-même, Le guide Terre vivante, octobre 2021 | Dr Eric Lorrain, Grand manuel de phytothérapie, Les nouveaux chemins de la santé, Dunod, 2019 | Yves Vanopdenbosch, Herba Médicinalis, 210 monographies de plantes médicinales, Amyris, 2022 | Dubray Michel, Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Lucien Souny, 2018 | Morel Jean-Michel, Traité pratique de phytothérapie. Remèdes d'hier pour médecine de demain, Grancher, 2008 | Mulot Marie-Antoinette, Secrets d'une herboriste, Dauphin, 2009 | Loïc Ternissen, Le guide Ultime de l'Herboristerie, Albin Michel, 2022 | Mulot Marie Antoinette, Les 250 réponses de l'herboriste, Dauphin, 2009 (1993) | Anne McIntyre, Le guide complet de la Phytothérapie, Le courrier du Livre, 2011 | Carole Minker, 200 plantes qui guérissent, Larousse, 2015 | Thierry Folliard, herboriste et naturopathe, Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 500 plantes et leurs remèdes, 2016 | Maria Treben, Les simples du jardi de Dieu, Pratique des plantes médicinales pour bien-être et santé, Ennsthaler, 2007 | Christophe Bernard, Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Jouvence Editions, 2018 | www.altheaprovence.com | www.wikiphyto.org | www.doctissimo.fr | www.vidal.fr


Les informations contenues dans ce texte ne visent pas à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les allégations concernant les bienfaits des plantes et des produits à base de plantes sont basées sur l'utilisation traditionnelle. Rédigé par un rédacteur scientifique pour le grand public, cet article présente l'état actuel des connaissances concernant le sujet abordé lors de sa mise à jour. Les progrès futurs en sciences pourraient rendre cet article partiellement ou totalement obsolète. Il ne doit pas être considéré comme une alternative aux recommandations de votre médecin ou pharmacien.